L'Agriculteur Charentais 24 juillet 2014 à 08h00 | Par Mathieu Robert

L’industrie prévoit un manque d’escargots de Bourgogne

a baisse de la production de l’Europe de l’Est et du pourtour méditerranéen inquiète les industriels. La production française s’annonce bonne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L. Guilemin

Alors que la période de ramassage des escargots de Bourgogne s’est achevée fin juin, les industriels sont inquiets. «Les quantités collectées cette année ne permettront pas de satisfaire la totalité de la demande du marché», s’alarme la Fédération des industries d’aliments conservés (Fiac) dans un communiqué, le 15 juillet. La grande majorité des escargots commercialisés en France est récoltée en pleine nature, en Europe centrale (République Tchèque, pologne, roumanie, Hongrie...) ou méditerranéenne (Grèce, Turquie, serbie, Bosnie). Ce sont des escargots de Bourgogne (helix pomatia) pour 55% des volumes, ou des escargots classiques (helix lucorum). Ces volumes ramassés seraient en retrait de 30 à 60% par rapport aux années précédentes, selon les pays. La situation est d’autant plus sensible, que cette faible récolte intervient après plusieurs années de baisse des stocks.
Printemps tardif, ramasseurs démobilisésPour les industriels français, la première cause de cette mauvaise récolte est climatique. «À un printemps long, froid et sec qui a empêché un démarrage normal de la saison dans de nombreux pays, ont succédé de fortes chaleurs. La végétation s’est développée très vite, rendant le ramassage plus difficile pour les opérateurs», observe pierre Commere, secrétaire général du groupe des escargotiers au sein de la Fiac. Au lieu de durer deux mois et demi, la récolte a été réduite à un mois. Autre facteur de baisse de la production, les ramasseurs, qui se tournent, selon les Français, vers d’autres activités plus rémunératrices. «On ne remonte pas assez de prix aux ramasseurs», regrette Pierre Commere.

Lire la suite dans l'édition du 25 juillet 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).