L'Agriculteur Charentais 14 avril 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

L'UGVC veut changer le statut du vignoble en AOC

La mise en place du régime d'autorisations de plantation a rebattu les cartes. L'UGVC souhaite faire évoluer le statut du vignoble afin de cloisonner les filières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche a? droite, Jean-Marie Baillif, Alexandre Imbert, Ste?phane Roy, Eric Billhouet et Catherine Lepage.
De gauche a? droite, Jean-Marie Baillif, Alexandre Imbert, Ste?phane Roy, Eric Billhouet et Catherine Lepage. - © VC

Le vignoble du cognac doit-il devenir une AOC ? Cette question posée par l'UGVC lors de sa dernière mise au courant le 30 mars au Castel à Châteaubernard s'est vite transformée en plaidoyer en faveur de cette option. Il faut dire que les différents intervenants se sont échinés à développer un argumentaire efficace.  
La mise en place du nouveau régime des autorisations de plantation depuis le 1er janvier 2016 a changé la donne car même s'il introduit une forme de régulation, le nouveau système offre la possibilité de planter des vignes VSIG. Ce qui pose problème à la région car si le cognac est classé en AOC, les vignes qui servent à le fabriquer sont justement en VSIG. Les premières négociations en 2015 pour définir le contingent 2016 dans le bassin Charentes-Cognac ont été serrées. Surtout, elles ont alerté le syndicat avec 400 hectares demandés pour les VSIG autres débouchés.

Lire la suite dans notre édition papier du 8 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui