L'Agriculteur Charentais 20 octobre 2016 à 08h00 | Par BA

La crise agricole impacte les coops

L’actualité affecte-t-elle les coopératives ? Comment s’organisent-elles pour passer ce cap ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC GUTNER

à s’exprimer sur la situation économique agricole, comme les autres acteurs du secteur (voir notre précédente édition) manifestent de vives inquiétudes. Quels que soient leurs secteurs d’activités, céréales, lait viande, tous les opérateurs craignent pour l’avenir de 10 % des exploitations. «Peut-être 15 %» avance Alain Lebret, président de Terra Lacta. Les phénomènes cumulés de marchés dépressifs et d’une météo peu propice aux rendements ont cette année violemment affecté la rentabilité des exploitations. Thierry Lafaye, directeur général d’Océalia précise le contexte en évaluant une collecte 2016 (récolte d’été et d’automne cumulées) inférieure en volume de 17 % à celle de l’année 2015. La durée, depuis trois ans, fragilise toutes les exploitations et cela quelle que soit leur production. Spécialisées ou de polycultures élevages, toutes les fermes sont asphyxiées par la conjoncture. Aucun marché, « celui du lait de chèvre mis à part », précise Alain Lebret, n’apporte de bouffée d’oxygène.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 14 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)