L'Agriculteur Charentais 12 octobre 2017 à 08h00 | Par Bruno Osson

La fétuque élevée : une espèce polyvalente

Il est important de ne pas les confondre comme fétuque des près ou fétuque élevée, ray-grass anglais, hybride ou d’Italie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fé́tuque élevé́e est particulièrement bien adapteée à̀ la fénaison
La fé́tuque élevé́e est particulièrement bien adapteée à̀ la fénaison - © gnis

La fétuque élevée est une espèce très présente dans la nature. Son implantation est assez lente mais une fois implantée, sa pérennité est de 5 à 10 ans. Elle est très productive et présente une très bonne réponse à la fertilisation azotée : plus de 40 kg de matière sèche en plus par hectare par unité d’azote supplémentaire alors que l’on se situe en général à 25 kg de matière sèche pour les autres espèces. La plante est non seulement productive mais la répartition de la production est bien répartie de tôt au printemps jusque tard à l’automne. Ceci est dû au fait que la fétuque pousse à température assez basse (zéro de végétation : 6°) et qu’elle pousse également quand il fait très chaud, jusque 35°. Elle présente aussi une bonne aptitude à résister à la sécheresse, grâce entre autre à son système racinaire profond.

Lire la suite dans notre édition papier du 13 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui