L'Agriculteur Charentais 24 mars 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

La FNSEA, revendicatrice, s’interroge sur la «meilleure des transmissions»

Sur fond de crise agricole, les revendications restent inchangées. Les réponses peu nombreuses. Mais alors que devient l’installation ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le décor de fond de l’assemblée générale de la FNSEA 17, c’était sans conteste, la, les crises agricoles. En retraçant l’activité, filière par filière, le syndicat agricole pointait des problématiques identiques. Toutes tournent autour des prix (insuffisants), des contraintes environnementales (nombreuse malgré le moratoire promis), l’administration et ses instructions de dossiers exponentielles. François Avrard son président, avec beaucoup d’humour, démontrait la lassitude des exploitants face à ces murs d’incompréhension, à ces cafouillages paperassiers. Simplement dit mais cela faisait mouche. Le ministre était délibérément visé.

Lire la suite dans notre édition papier du 18 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.