L'Agriculteur Charentais 03 août 2017 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

La «folle envie» d’Estelle et Olivier

C’est le (bien !) nommé apéritif bio créé par le duo de Bordelais, Estelle Sauvage et Olivier Fichot, soutenu par Julien Nau, PDG de la SVE-Distilleries de Chevanceaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VC

Ils en avaient une «folle envie» ; ils l’ont fait ! Cette folle envie qui porte si bien son nom, est née d’une légende familiale. Celle d’un apéro à la recette plus ou moins mystérieuse que l’arrière-grand-mère d’Estelle, l’ardennaise Zilda, confectionnait elle-même dans son épicerie et qui avait ses aficionados. Mythe ou réalité ? Qu’importe… L’important, c’est que l’histoire ait donnée des ailes à Estelle Sauvage, 39 ans, et à son compagnon Olivier Fichot, 41 ans, et les ait convaincus de quitter deux boulots confortables en région bordelaise et de s’installer comme entrepreneurs. Avant cela, ils ont dû se mettre en cuisine pour élaborer le fameux breuvage. «On n’avait pas de recette de l’apéro de Zilda, juste des indications données par le père d’Estelle sur son contenu, explique le couple, «fou de cuisine» selon ses dires.

Lire la suite dans notre édition papier du 4 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.