25 septembre 2014 à 08h00 | Par Agra

La France à la recherche de nouveaux débouchés

La France travaille à ouvrir de nouveaux marchés à l’export afin d’offrir des débouchés aux agriculteurs touchés par l’embargo russe, a affirmé Stéphane Le Foll au Space.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En raison de l’embargo russe, la France doit trouver de nouveaux débouchés pour ses produits agricoles comme les fruits.
En raison de l’embargo russe, la France doit trouver de nouveaux débouchés pour ses produits agricoles comme les fruits. - © B. Compagnon

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a affirmé que la France travaillait à l’ouverture de nouveaux débouchés pour compenser la perte du marché russe, le 16 septembre au Space, le salon international des productions animales, à Rennes.
« Il faut que l’on soit coordonnés et solidaires à l’échelle européenne », a demandé le ministre. En réponse au monde agricole qui demande que d’autres budgets que la Pac soient mobilisés, il a déclaré qu’il fallait « d’abord dépenser ce qui a été annoncé par la Commission européenne, soit 180 millions d’euros », ainsi que « le fonds de gestion de crise de près de 400 millions d’euros ». Ensuite, « si on a des besoins, il faudra qu’on regarde qui finance au-delà de la Pac ».

Ouvrir des marchés
Pour compenser la perte du marché russe, la France travaille «sur toutes les opportunités qui nous sont ouvertes sur d’autres marchés». Pour la pomme, « l’ouverture du marché américain, sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois, est en train d’être finalisée ». Pour les fruits, une mission de Taïwan va « bientôt » être accueillie, et des négociations sont en cours avec la Tunisie et le Vietnam. Pour la viande bovine, une mission des services vétérinaires philippins a été accueillie la semaine dernière. «C’est un nouveau marché et nous avons bon espoir de l’ouverture à plusieurs entreprises françaises». Le travail se poursuit avec l’Algérie sur la viande bovine, et avec la Chine pour « le maintien de l’ouverture » à la viande porcine. Pour le lait, « des résultats » ont été obtenus pour l’Indonésie, et des négociations sont en cours avec le Brésil.

Lire la suite dans l'édition du 26 septembre 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui