L'Agriculteur Charentais 21 septembre 2017 à 08h00 | Par Estelle Bescond

La génétique, une sécurité pour l’exploitation

Dès son installation en 1986, Bruno Fournier s’est lancé dans la génétique. Pour lui, l’élevage n’existe pas sans génétique. Un choix qui, aujourd’hui, est une sécurité financière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © E. Bescond

Passionné de normandes, Bruno Fournier ne s’imaginait pas à la tête d’un élevage sans la génétique. «Dès mes études, la génétique m’intéressait. A la tête de mon élevage, j’ai fait le choix d’aller jusqu’au bout de la chaîne», souligne l’éleveur installé à Chassiecq (Charente) en 1986. Nourries principalement par les aliments de la ferme (fourrage, foin, orge et maïs sur une SAU de 175 ha) et complémentées par des correcteurs azotés et de la luzerne déshydratée, ses chèvres ont des taux autour de 42 TB et 35 TP et une production annuelle entre 950 et 1100 kg selon les années. «Son niveau de production est assez élevé, Bruno a de très bons résultats», relève son conseiller reproduction à Coopavenir, Cédric Desémery.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 22 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.