L'Agriculteur Charentais 21 août 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

La grande vadrouille : et au milieu coule une rivière

On voulait utiliser son lit pour en faire un barrage. Ce fut un mirage. Mais que deviennent les habitants et les exploitants dudit-barrage ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC17

Il aurait dû être là. A nos pieds, dans cette «espèce» de vallée où serpente la «petite rivière», celle qui fait couler tant d’encre, la Trézence. Mais voilà les dieux en ont décidé autrement. Le barrage tant de fois projeté, envisagé, dessiné, calculé, n’a jamais vu le jour. Débuté dans les années 60, l’idée avait bien «presque» réussi dans les années 90. L’eutrophisation a eu raison du projet. Les terres achetées par le Conseil général sont toujours dans son escarcelle, en fermage pour pas que la friche gagne du terrain. Quelques fonds de vallée attendront l’inondation salvatrice, celle qui devait résoudre les problèmes d’eau. Le barrage a divisé ou rallié, conforté ou déstabilisé. Les exploitants agricoles continuent leur vie d’exploitants «comme si…». Les Renardières, portes et volets clos, donne toujours son aspect de village fantôme. Lui que l’on disait village noyé, il est bien au sec. Plus loin encore, un tracteur ronronne préparant quelques semis de colzas dans une terre lourde et couleur Sienne. Encore un été sans barrage. Sylvain Perrier, trésorier et cantonal de la FNSEA 17 promet des «avancées» prochainement sur le sujet.

Lire le récit complet de la grande vadrouille dans notre édition du 22 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
134,60 ME
Au 10 juillet, la consommation des crédits de l’enveloppe 2015/16 du programme français de l’OCM vitivinicole atteint 134,6 ME d’euros, dont : 64,6 M€ pour la restructuration et la reconversion du vignoble ; 43 M€ pour les investissements des entreprises ; 23,4 M€ pour la promotion sur les marchés des pays tiers et 3,6 M€ pour les prestations viniques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui