L'Agriculteur Charentais 09 août 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

La hausse du prix des céréales est-elle durable ?

Les cours prennent le chemin de la hausse. Les stocks et les perspectives mondiales de récolte poussent à l’optimisme. Réactions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Lettenberger

La récolte 2018 n’était pas encore toute rentrée, analysée, engrangée dans les silos des organismes stockeurs, que les cours partaient à la hausse. Les courbes se redressaient. Une situation que l’on n’espérait plus, même si certains indicateurs laissaient croire une «éclaircie.» Dans les coopératives de Charente-Maritime, la situation changeante de ces dernières semaines (voir nos pages tendances) laisse dubitatif, au mieux attentif. Sur les marchés physiques, comme sur les marchés à terme, la hausse prévaut. Les premières estimations sur la récolte confirment les premiers chiffres. Le boisseau de blé a terminé à 574,50 cts $ le lundi 6 août. Sur le marché à terme Euronext, le contrat affichait 214,75 €/t ce lundi 6 août contre 211 €/t le vendredi 3 août et 202,50 €/t le lundi 30 juillet…

Retrouvez la suite de l'article dans notre édition du 10 août 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).