L'Agriculteur Charentais 20 octobre 2016 à 08h00 | Par ba

La Nouvelle Aquitaine, plus visible sur les produits que Poitou Charentes ?

Les industries doivent relayer la première agriculture européenne. Mais se pose une question identitaire dans la nouvelle grande région.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine, prône l’instauration d’une marque agro-alimentaire éponyme.
Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine, prône l’instauration d’une marque agro-alimentaire éponyme. - © BA

Pas question d’abreuver l’auditoire de l’assemblée générale de l’ARIA Poitou Charentes de chiffres pour montrer le nombre de divisions mis en ordre dans la bataille économique : les industries agro-alimentaires régionales, réunies au sein de l’ARIA Poitou Charentes forment comme un réseau. Tous s’interpellent par leur prénom. Et c’est peut-être là, la réussite de cette structure : savoir développer des partenaires, avoir usé de l’économie circulaire avant que le mot même fût inventé. De vinaires en biscuits, d’eaux de source en plats cuisinés, la variété est large des industries agro-alimentaires locales qui utilisent l’enracinement pour développer leur activité. «la filière est très secouée» souligne son président Renaud Dutreil, pdg de Jolival en Charente, ancien ministre. Sans occulter les difficultés de l’amont, l’agriculture, il recentre sur les problématiques IA : identité, qualité, créneaux, niches. «C’est le consommateur qui décide.» Et en cela il tacle l’agriculture de n’avoir pas su répondre aux attentes de ce dernier, «d’avoir raté le virage de la révolution bio, de ne pas se positionner sur ce premium.»

Lire la suite dans l'édition du vendredi 14 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui