L'Agriculteur Charentais 27 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

La règle du jeu n’a pas changé

Alors que les cultures en ont besoin, les arrêtés d’irrigation poussent la profession agricole à demander le respect de l’arrêté cadre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Depuis le comité quantitatif de l’eau du 8 juin dernier, qui recadrait l’arrêté cadre de 2017 pour la gestion estivale de la campagne d’irrigation, c’est toutes les semaines, voire plus que la cellule de l’eau s’est réunie. Il fait dire que la météo n’a pas facilité le travail ni la concertation : elle s’obstinait à rester sèche et à jouer avec le mercure. 15 juin, 28 juin, 05 juillet, 10 juillet, 18 juillet, 25 juillet… et après réunion de la cellule de vigilance, de nouveaux arrêtés pour restreindre l’usage de l’irrigation.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 28 juillet 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.