L'Auvergne Agricole 17 octobre 2018 à 15h00 | Par L'auvergne Agricole

Labour et déchaumage se combinent à la façon ibérique

La Cuma de la Faille Couzon a organisé une matinée de démonstrations autour de plusieurs charrues notamment la charrue espagnole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la journée de démonstrations de labour organisée par la Cuma de Faille Couzon, la charrue espagnole a attiré l’œil.
Lors de la journée de démonstrations de labour organisée par la Cuma de Faille Couzon, la charrue espagnole a attiré l’œil. - © Mélodie Comte

Certains se posent la question d’arrêter le labour tandis que d’autres réfléchissent à investir dans une charrue-déchaumeuse. C’est le cas de la Cuma de Faille Couzon à Augerolles. Dans ce coin de Livradois, les éleveurs cultivent les céréales pour l’autoconsommation et arrachent leurs prairies pour en planter de nouvelles. « Nous recherchons une charrue déchaumeuse pour travailler le sol de façon superficiel » précise Bernard Matussière, le président de la Cuma. Alors, ils ont   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Auvergne Agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui