L'Agriculteur Charentais 03 octobre 2013 à 11h38 | Par l'Agriculteur Charentais

Lait de chèvre - Révision à la baisse des pénalités sur les cellules

Une négociation de la grille des cellules a abouti.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © agri 79

Sous l’impulsion des responsables Ligériens et Picto-Charentais de la FNSEA, la FNEC avait dénoncé l’actuelle grille de pénalités sur les cellules somatiques, au dernier Conseil d’Administration de l‘ANICAP du 22 mai. Pour Jean François Bernard (Président de la section Caprine FNSEA PC), cette grille était «trop pénalisante compte tenu des leviers techniques existants et non justifiée dans le contexte actuel de graves difficultés pour les producteurs de lait de chèvre». Les 3 familles de l’ANICAP avaient acté d’y travailler et 2 réunions de travail avaient été programmées le 12 juillet et le 10 septembre. Lors de ces négociations auxquels Jean François Bernard a participé, celui-ci a «insisté sur le fait que le critère cellules devait rester un critère technique d’amélioration de la qualité des laits et de la santé des troupeaux et n’ont pas un objet de pénalisation». Après des discussions difficiles, un accord a enfin été trouvé le mercredi 18 septembre lors du CA de l’ANICAP.


Voir le tableau et le décompte dans notre édition du 4 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui