L'Agriculteur Charentais 06 juillet 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Lait de vache : La reprise laitière fait poser des jalons à la filière régionale

La crise est-elle derrière ? Quelques indices peuvent y faire penser. Mais le bassin doit gagner en compétitivité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le litrage moyen augmente, mais le nombre d’exploitations diminue en dix ans.
Le litrage moyen augmente, mais le nombre d’exploitations diminue en dix ans. - © Annick Conté

La récente assemblée générale de l’association centrale des laiteries permet de «situer» la réalité du monde laitier coopératif français. Alors l’épisode baissier de 2014-2016 ne serait-il qu’un «souvenir» ? La forte volatilité, l’absence de visibilité n’ont pas pour autant disparu dans un paysage sans quota «totalement libéral.» En juillet 2016, l’Europe décidait d’apporter son coup de pouce à la filière européenne pour «endiguer la croissance de la production européenne.» Objectif : retrouver l’équilibre. La surproduction des deux années d’avant 2016 s’est résorbée au second semestre 2016. La collecte se ralentit (Sauf aux Etats-Unis, en Biélorussie ou en Ukraine), la consommation mondiale, non. (Surtout la Chine). Il y avait 5 Mt de stocks en 2015…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)