L'Agriculteur Charentais 24 octobre 2013 à 08h00 | Par CP

Lait - Entre réforme de la PAc et fin des quotas la filière se cherche

2014 et 2015 sont des années de changements. Après la nouvelle PAC viendra la fin de la gestion administrative des quotas laitiers. La filière laitière aborde une courbe délicate, dont dépend l’avenir du bassin laitier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les dernières décisions que sont, la convergence limitée à 70% avec plafonnement des pertes à 30%, la surdotation des cinquante premiers hectares ou encore la prime à la vache minimiseront tout au plus la diminution des droits à produire des exploitations laitières de Charentes-Poitou. Les projections réalisées par le service économie de la chambre d’agriculture à partir de la ferme laitière moyenne de la région présentent une perte ramener aux 1000 litres de lait commercialisés de l’ordre de 30 euros. Cette perspective pose un poids de plus sur les épaules de cette filière qui peine à avancer. Cet élément a lui seul ne conduira pas à l’arrêt de la production laitière dans les exploitations. Toutefois, et alors que la concurrence avec la production céréalière reste une menace crédible, cette nouvelle coupe dans les aides publiques appelle de la part des entreprises de collecte et de transformation un prix du litre de lait encourageant. Les agriculteurs resteront éleveur si la valorisation de leur produit leur permet de rémunérer les heures de travail et les investissements de plus en plus lourds. Conscients de l’enjeu, les industriels se préparent.

Lire le dossier complet sur les stratégies coopératives et industrielles de l'après 2015 dans notre édition du 25 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui