L'Agriculteur Charentais 09 juin 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Lait : Faut-il rebattre les cartes autour des élevages laitiers?

Disséquer les chiffres pour leur faire dire des tendances et rectifier la barre au jour le jour. Petit à petit, cette idée de gestion différenciée avance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Salle de traite, robot et roto ont chacun leurs atouts pour justifier leur place dans un projet d’agrandissement.
Salle de traite, robot et roto ont chacun leurs atouts pour justifier leur place dans un projet d’agrandissement. - © M. Portier

La problématique a dix ans d’âge. Et l’institut de l’élevage une certaine antériorité pour déterminer ce que l’on entend par coût de production. Au début, l’horizon de la fin des quotas et le yoyo des matières premières boostaient techniciens et éleveurs à les mettre noir sur blanc, ces fameux coûts de production. L’intérêt d’un coût de production, c’est de permettre de comparer et donc d’agir sur un ou plusieurs leviers pour modifier les résultats. «Le calcul des coûts de production dans une exploitation permet une représentation simple et facilement accessible des résultats économiques» explique Jean-Luc Reuillon de l’institut de l’élevage, «pour cela il faut néanmoins comparer ce coût au produit de l’exploitation (ou plutôt de l’atelier correspondant). En fixant une valeur à la rémunération du travail non salarié, on peut savoir si le produit par litre de lait rémunère le travail à cette hauteur, ou bien calculer cette dernière à partir de la rémunération permise par le produit.» En fait, le calcul des coûts de production, c’est pouvoir comparer les postes de charges et de produits, avec des références de groupe ou individuels. «Mais c’est insuffisant pour apprécier la compétitivité des exploitations laitières» assène-t-il.

Lire le dossier complet dans la version pappier du 3 juin : coûts de production, les cartels du lait, connectivité, équipements de traite, etc...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
1 Mhl
C’est le chiffre des ventes des vins de France. A 9 mois de la campagne 2017/18, toutes couleurs confondues, les volumes de ventes cumulées sont supérieurs à ceux de la campagne antérieure, en Vin De France (SIG) (+ 26 %) et en vins IGP (+ 5 %). Toutefois, les données issues des contrats d’achat continuent de faire apparaître un certain ralentissement des transactions à mettre en relation avec la faiblesse des disponibilités globales.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui