L'Agriculteur Charentais 22 septembre 2016 à 08h00 | Par Christophe Mauger

Lait : J’y vais, je n’y vais pas ?

Freiner sa production laitière fin 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA17

Face à un contexte de déséquilibre temporaire au niveau mondial entre l’offre et la demande de lait et de produits laitiers, l’Europe a décidé de mettre en œuvre un dispositif sans précédent pour inciter les éleveurs à produire un peu moins. La mesure se concrétise par une aide sur des volumes de lait non vendus gérée par FranceAgriMer.

Une aide de l’Europe et de la France pour freiner sa production
L’Union Européenne a décidé d’octroyer 150 millions d’euros pour inciter les producteurs de lait de vache à réduire temporairement leur production et de manière volontaire. Vous trouverez le détail des modalités administratives sur le site de la Chambre d’agriculture 17. L’aide de l’Europe s’élève à 144 €/ 1000 l pour le lait non vendu. Pour rendre l’aide plus attractive, la France donne un complément sur le lait non produit dans la limite de 5 % de baisse par rapport au dernier trimestre de 2015. Ce complément est de 103 €/1000 l.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 septembre

Info

L’ensemble du dossier (démarches administratives, dossier technique et simulations économiques) est sur le site internet de la Chambre d’agriculture 17
www.charente-maritime.chambagri.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).