L'Agriculteur Charentais 26 octobre 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Lait : La révolution tranquille passe par le mélange des races

Ils font table rase des modes de conduite anciens du cheptel laitier, croisent les races et basculent en bio.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean Lou Taunay et Michel Lestable
Jean Lou Taunay et Michel Lestable - © AC

«Nous n’en sommes qu’au début» dit en préambule Jean Lou Taunay, éleveur à Saint Loup. Sous le soleil d’octobre, les Normandes et les Prim’holstein du GAEC la Voie Lactée avance dans le temps de la transformation du conventionnel au bio. Voici deux ans que cette «révolution» est en marche dans l’exploitation. Après deux décennies de conventionnel, il a opté, avec son épouse pour prendre le virage de la bio.
Passer en bio pour Jean Lou Taunay a supposé réformer sa manière de penser l’exploitation : finies les cultures de vente sur les 140 ha, rechercher de nouveaux partenaires de collecte, maintenant Biolait, transformer les champs en prairies, ne plus introduire de maïs dans l’alimentation mais davantage d’herbe et croiser les deux races présentes sur l’exploitation : la Normande et la Prim’Holstein.

Lire le dossier complet dans notre édition papier du 27 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.