L'Agriculteur Charentais 25 octobre 2018 à 13h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Lait : « La sortie de crise se confirme »

Même si la période caniculaire estivale entraîne une baisse de la collecte en Europe, il n’y a rien d’extraordinaire à attendre en termes de prix, annonce Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession, le Cniel. Mais « la sortie de crise se confirme », ajoute-t-il.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Alors que les huit premiers mois de l’année 2018 ont enregistré une hausse de la collecte de 1,4 % en Europe et de 1,2 % en France, «une rupture de pente est amorcée», dixit Benoît Rouyer, économiste au Cniel, l’interprofession laitière. En effet, au mois d’août 2018, une baisse de la collecte de 0,1 %, due à la canicule, a été observée. Et «dans les mois à venir, la collecte sera peu dynamique en France et en Europe», prédit l’économiste.
En cause : la sécheresse, toujours, et donc la récolte fourragère qui n’a pas été bonne, cet été et cet automne. «Cela va entraîner une rupture de fourrage. Les éleveurs vont faire le ménage dans leurs troupeaux. Plus d’abattages, moins d’effectifs : moins de lait collecté», résume Benoît Rouyer. Les zones les plus touchées par cette baisse de la collecte sont l’est et le nord de la France, l’Europe centrale et du Nord.
«Si reprise de la collecte, il y aura, ce ne sera pas avant le printemps 2019, a priori», précise l’économiste du Cniel.

 

Retrouvez notre dossier consacré au lait dans notre édition papier du 26 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui