L'Agriculteur Charentais 29 juin 2017 à 08h00 | Par Carole Mistral

Lait : Voir le verre de lait à moitié plein

La tendance globale pour la filière bovins lait est à l’augmentation des prix en 2017, poussée par les marchés du fromage et du beurre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Lebret, président de Terra Lacta, Jean-Luc Rabillard, président de l’ACLCCP, Joseph Giraud, directeur de l’ACLCCP et Patrick Roulleau, président de la CLS.
Alain Lebret, président de Terra Lacta, Jean-Luc Rabillard, président de l’ACLCCP, Joseph Giraud, directeur de l’ACLCCP et Patrick Roulleau, président de la CLS. - © Agri79

«La tendance est plutôt à l’amélioration mais il n’y a pas d’euphorie non plus». Alain Lebret, le président de Terra Lacta, mesure ses propos lors de l’assemblée générale de l’association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou, qui s’est tenue le 22 juin à l’Acclameur, mais les indicateurs en bovins lait commencent doucement à s’inverser. Pour les quatre mois de 2017, le prix moyen du litre de lait payé aux producteurs du secteur est de 311 euros les 1000 litres, contre 276 euros l’année dernière. Dans le même temps, après deux années de surproduction mondiale, «la production est en équilibre avec la consommation, qui continue de progresser», précise Alain Lebret.

Lire la suite dans notre édition papier du 30 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui