L'Agriculteur Charentais 14 avril 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Laiteries : Le beurre AOP s’encre dans son terroir

Leur syndicat mise sur la reconquête du consommateur, en grandes surfaces, via la publicité et la persuasion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La mascotte beurre AOP sur le salon de l’agriculture 2016.
La mascotte beurre AOP sur le salon de l’agriculture 2016. - © AC

Même si le beurre AOP Charentes-Poitou est unique, il s’insère dans un marché mondialisé des beurres. Et lorsque le directeur du syndicat des laiteries dresse le panorama des ventes, 27 800 t, il n’en oublie certainement pas le marché mondial : vigoureux sur la demande, plutôt en redressement en 2015, une Europe «équilibrée» (20 kt en moins, 45 kt de fabrication en plus +2,3%, consommation en hausse de 31 kt, exportations de +36 kt, importations -28 kt, stocks -20 kt), idem pour 2016. «La hausse des fabrications 50 kt serait absorbé par une progression de 20 kt pour la consommation et 10 kt d’exportations» rassure Joseph Giraud. Le hic c’est que les prix sont tirés vers le bas. Et dans la concurrence, les beurres AOP, plus chers par essence, perdent de l’attractivité. C’est l’effet embargo russe. On croyait les prix partis à la hausse début 2015, ils ont fléchi à l’été pour remonter, un peu, en fin d’année. Mais dès 2016, rechute. On a même parlé de recours à l’intervention publique.

Lire la suite dans notre édition papier du 8 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.