L'Agriculteur Charentais 01 octobre 2015 à 08h00 | Par JCD ET BA

Lancement d’un observatoire de la qualité sanitaire

Pour respecter les conditions réglementaires, la filière céréales institue un nouvel outil.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’Irtac (Institut de recherches technologiques agroalimentaires des céréales) a présenté le 16 septembre un Observatoire de la qualité des céréales et des produits céréaliers. Conçu pour toute la filière, Hypérion entend répondre aux besoins des opérateurs en matière d’obligations réglementaires, d’analyse de risque, de maîtrise des coûts.«Hypérion est l’outil de mutualisation des analyses de contaminants de toute la filière céréalière, qui vient renforcer le Plan de surveillance sanitaire des céréales » (PSSC) initié avant 2000, a expliqué Pierre-André Masteau, président de l’Irtac.Un portail web sécurisé, développé avec l’institut technique oléagineux Terres Inovia, permet désormais une saisie et une consultation en ligne des résultats. Hypérion offre à l’opérateur un accompagnement par rapport aux obligations réglementaires en termes de sécurité sanitaire, une aide à la réalisation de son plan de surveillance. L’observatoire vise à maîtriser les coûts, grâce à des analyses ciblées, des mises en commun. C’est aussi un moyen de positionner de façon anonyme ses résultats d’autocontrôle comparativement aux données de toute la filière.«Hypérion comble certains manques du Plan de surveillance sanitaire des céréales, a estimé Vincent Magdelaine, directeur de Coop de France Métiers du grain. L’utilisation d’outils en ligne constitue un plus au niveau saisie, transmission automatique des données, ergonomie, avec un retour plus rapide et en continu.»

Montée en puissance

Cet observatoire concerne la filière céréalière allant de la semence à la deuxième transformation,y compris les organismes stockeurs, meuniers, amidonniers, fabricants d’aliments du bétail… Une liste indicative des contaminants visés, chimiques ou biologiques, est définie par un comité depilotage. « Au-delà de l’intérêt d’Hypérion pour l’entreprise, il y a celui de défendre auprès des autorités européennes et françaises des seuils réglementaires réalistes et cohérents », a soulignéPierre-André Masteau.


Lire la suite dans l'édition du 02 octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui