L'Agriculteur Charentais 25 mai 2017 à 08h00 | Par Christelle Picaud

Lapins : Faire du bien-être animal une opportunité pour rebondir

Le rapport Eck, valide l’intérêt du travail engagé ces dernières années par la filière cunicole sur le bien-être animal. Le modèle d’élevage évoluera. Cette prise en compte des attentes de la société doit ouvrir de nouvelles perspectives pour l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2015, à l’occasion des Terrenales, la coopérative Terrena exposait son concept de cages collectives répondant, lors de l’étape d’engraissement, aux exigences du bien-être animal.
En 2015, à l’occasion des Terrenales, la coopérative Terrena exposait son concept de cages collectives répondant, lors de l’étape d’engraissement, aux exigences du bien-être animal. - © Agri79

«Le logement n’est que l’un des aspects du bien-être animal», insiste Antoine Blanchard responsable du groupement de producteurs lapins de Terrena. La marque «La nouvelle agriculture®» portée par la coopérative s’intéresse, au-delà de celui-ci, au confort thermique, à l’ambiance bâtiment, à la composition de l’eau et de la nourriture… «Des fondamentaux sans lesquels les objectifs d’un engraissement sans antibiotique ne seraient pas atteignables», expose-t-il pour souligner l’intérêt des acteurs de la filière à prendre soin des animaux.
A Terrena tout comme à la CPLB, la question du bien-être animal est une préoccupation qui ne date pas du 14 mars dernier, jour du vote, par le Parlement européen, en séance plénière, du rapport d’intention Eck. Les groupements de producteurs comptent chacun une trentaine d’éleveurs engagés dans des démarches bien-être. «La société s’est emparée de la question de l’élevage en cage.

Lire la suite de notre dossier LAPINS dans l’édition papier du 19 mai : interview Samuel Boucher Vétérinaire, le bien-être de...l'éleveur, les coûts de production et les prix payés en GMS

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui