L'Agriculteur Charentais 22 mai 2014 à 10h34 | Par B. Greffard

Lapins - Une bonne gestion de la maternité pour produire sans antibiotiques

Au GAEC La Vergne, la bonne conduite de la maternité influence directement les résultats de l’atelier engraissement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Technicien et éleveur observant les animaux en engraissement.
Technicien et éleveur observant les animaux en engraissement. - © Agri79

Les quatre associés du Gaec La Vergne, Philippe Fradin, Thierry Bironneau, Xavier Bruneau, et François Brunet engraissent plus de 8 000 lapins par bande. Leur ambition aujourd’hui, ne plus avoir recours aux antibiotiques du sevrage à la vente.Ici, tout près de Bressuire, l’aventure cunicole a débuté en 1974. Au fil des années l’atelier s’est développé. Aujourd’hui, l’élevage compte 1 100 femelles, soit 912 boîtes à nids situées dans 2 bâtiments. Le troisième bâtiment de 180 m² est dédié à l’élevage du précheptel. L’engraissement est conduit en plein air. Un système à contre-courant des préconisations. Cependant, les éleveurs insistent, «l’engraissement plein air nous convient plutôt bien et nous ne regrettons pas nos choix techniques. Nous engraissons avec un aliment blanc. La plupart des lots sont conduits sans traitement thérapeutique. On ne s’interdit pas leur utilisation si nécessaire. Mais, une bonne gestion de la maternité permet généralement de se passer de ces produits généralement coûteux ».L’atelier d’engraissement est clôturé par un filet brise-vent, les cages sont isolées, les canalisations d’eau sont protégées, des cloisons amovibles sont disposées sous les cages en hiver, et un système de brumisation pour la période estivale permet de bien gérer les températures extrêmes.

Lire le dossier complet dans notre édition du 23 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui