L'Agriculteur Charentais 26 octobre 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Le beurre se fait rare dans les GMS et chez les industriels

Depuis quelques semaines, du producteur de lait, au consommateur, en passant par l’industriel, tous ont les yeux tournés vers cet or jaune qu’est le beurre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au rayon crèmerie, les clients peuvent lire cette affiche.
Au rayon crèmerie, les clients peuvent lire cette affiche. - © AC

Plus de beurre sur les tartines du matin, ni pour cuisiner, adieu croissant au beurre...scénario impensable ou possible ? Faut-il s’alarmer de cette pénurie momentanée de beurre qui gagne de plus en plus les GMS. Difficile de ne pas remarquer dans le rayon crèmerie, son absence ou bien des plaquettes de beurre clairsemées ici et là. Dans bon nombre de magasin, on a pu lire des affiches expliquant cette rupture de livraison. Face à cette - situation, les consommateurs se sont quelque peu «rués» sur le produit, créant ainsi une pénurie. Créant ainsi, un déséquilibre entre l’offre et la demande. A l’image de ce que l’on peut connaître lorsqu’il y a un blocage des sites pétroliers : les automobilistes vont à la pompe, même si le réservoir est au trois quart plein !

Lire la suite dans notre édition papier du 27 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)