L'Agriculteur Charentais 22 mars 2018 à 09h00 | Par Laurence Guilemin

Le bio trace son sillon

Le travail porte ses fruits pour le Gab 17. Le territoire compte de plus en plus d’hectares et d’exploitations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour le président du Gab, le bio a le vent en poupe mais les financements ne sont pas toujours au rendez-vous.
Pour le président du Gab, le bio a le vent en poupe mais les financements ne sont pas toujours au rendez-vous. - © AC

Les assemblées générales se succèdent d’années et années et la participation des adhérentes est à l’image de la demande de bio : croissante  !  80 personnes ont assisté à l’assemblée générale du Gab 17, lundi 12 mars, à St Hilaire de Villefranche.

1591 nouveaux hectares
Les surfaces bio dans le département ont connu «un fort regain depuis 2015 (+ 25 %) pour dépasser les 3 % de SAU  départementale en fin d’année 2017.» 12 622 ha sont ainsi engagés en agriculture bio. La Charente Maritime se classe 9ème pour les surfaces en Nouvelle Aquitaine et gagne une place pour le nombre d’exploitations bio. On en compte 330 sur les terres charentaises maritimes et 4700 en Nouvelle Aquitaine.

Lire la suite dans notre édition papier du 23  mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.