L'Agriculteur Charentais 22 juillet 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Le Conservatoire du vignoble expérimente encore et toujours

Un ensemble d’expéri-mentations sur divers cépages et porte-greffes a été engagé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sébastien Julliard, Lilian Jousson et Wali Nourestani.
Sébastien Julliard, Lilian Jousson et Wali Nourestani. - © A.M.

Retrouver, conserver et tester les cépages anciens pour assurer la pérennité du vignoble à long terme reste l’objectif fondamental du Conservatoire du vignoble charentais. «Ce travail doit permettre de passer le cap du changement climatique dans 50 ou 100 ans. Il faut prévenir pour préparer l’avenir», a dit Lilian Jousson, le président lors de l’assemblée générale le 27 juin à l’IREO de Richemont. Après des années plus difficiles, les comptes affichent en 2015 un résultat positif de 10 675 € sensiblement proche de celui de 2014 (11180 €) et ceux en dépit de la baisse des subventions de l’Etat.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 22 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui