L'Agriculteur Charentais 26 juillet 2018 à 14h00 | Par BA - CM

Le dynamisme du marché, l’arbre qui cache la forêt

Les propriétaires de petites parcelles forestières dénoncent une forme «d’immobilisme» de la part des notaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © BA

Malgré son poste d’administrateur de Fransylvia Poitou-Charentes, Pascal Valade ne manie pas la langue de bois. «Une partie des transactions forestières de moins de 1000 € sont devenues critiques», assure le représentant des sylviculteurs, qui pointe du doigt le désintérêt des notaires pour les transactions de petites parcelles. D’où, par conséquent, un allongement des délais de ventes qui entraîne la dégradation de nombreuses parcelles. Une situation qui s’est accrue depuis la loi Macron de 2016, qui a repensé le statut des professions réglementées et par conséquent des notaires.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 27 juillet 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).