L'Agriculteur Charentais 18 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Le maïs fait son cinéma

Souvent décrié, la culture présente au grand public ses atouts et étaye l'argumentation de ses producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'une des six vidéos de la campagne
L'une des six vidéos de la campagne - © maisculturedurable.com

C'est la plante la plus cultivée au monde et la deuxième culture produite en France, le maïs fait partie intégrante de notre quotidien.» C'est par ces mots qu'une campagne collective tente par les réseaux sociaux et les médias de sensibiliser «le grand public» sur l'intérêt de cette culture. «Produits alimentaires, cosmétiques, médicaments, matériaux, emballages... le maïs répond à nos besoins de manière durable, mais aussi aux défis de demain en termes d'environnement, de production et d'alimentation.» Pour se faire, et pour faire découvrir au plus grand nombre la culture du maïs et sa transformation, la filière maïs a réalisé une série de six vidéos pédagogiques intitulée «Maïs : une grande culture durable.» Ces six vidéos seront visibles sur le site de l'Agriculteur charentais tout l'été. Au programme : le pop-corn, le maïs doux, l'amidon de maïs mais aussi le bioplastique, l'alimentation animale et le maïs semence, avec des reportages dans nos belles régions françaises, des interviews de professionnels (producteurs, ingénieurs, éleveurs...) et le témoignage de consommateurs. Il suffit ainsi de cliquer sur le lien sur notre site.
Le premier volet est consacré à l'alimentation animale : volailles, porcs, bovins, caprins, ovins, chevaux, animaux de compagnie... Le maïs y occupe une place de choix. Mais comme les besoins d'un taureau sont bien différents de ceux d'une poule pondeuse, les professionnels de la nutrition animale sont là pour y répondre. On trouve ainsi François Cholat, président sur SNIA (Syndicat National de l'Industrie de la Nutrition Animale), Thierry Dubach, dirigeant du Moulin de Sarralbe (fabriquant d'aliment du bétail), Pascal Pringault, directeur commercial RAGT (producteur de maïs),  Max Cormarèche, agriculteur / Eleveur de volailles de Bresse montrent les tenants et les aboutissants de cet ingrédient essentiel aux élevages. «Les animaux ont besoin pour se nourrir, d'énergie, de protéines, de lipides, de vitamines et de sels minéraux. Riche en amidon, le maïs est source d'énergie pour les animaux d'élevage. C'est pourquoi cette céréale est devenue indissociable de produits de grande qualité qui font la fierté de notre pays : volailles label du Sud-Ouest ou de Bresse, foie gras, jambon de Bayonne, boeuf de Chalosse...» Cette première présentation conclut par un crédo : «de tout temps, la maïsiculture et la fabrication des aliments sont intimement imbriquées. Les fabricants d'aliment du bétail, installés dans de grands bassins de productions céréalières, utilisent prioritairement du maïs français, cultivé localement. Ils contribuent ainsi à une alimentation durable des animaux d'élevage qui répond aux attentes des marchés et de la société.»
Bernard Aumailley
Retrouvez sur ce site les liens pour visionner les vidéos :

soit sur maïsculturedurable.com

ou

http://sepremprod.fr/fr/TV-site-WEB_TV/Emissions_speciales/Mais_-_une_grande_culture_durable_.html

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui