L'Agriculteur Charentais 05 juillet 2018 à 14h00 | Par Laurence Guilemin

Le marais de Brouage a son parlement

Vendredi dernier, près de 80 personnes se sont réunies pour constituer le premier parlement du marais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Rouyer, Hervé Blanché, Mickaël Vallet, Jean-Marie Petit, ensemble pour présenter le 1er parlement du marais de Brouage.
Denis Rouyer, Hervé Blanché, Mickaël Vallet, Jean-Marie Petit, ensemble pour présenter le 1er parlement du marais de Brouage. - © AC

C’est à Saint Agnant que le premier parlement du marais de Brouage a vu le jour, vendredi dernier. Il s’agit de mettre en place des actions afin de le préserver et de le développer. «Une démarche inédite», selon Hervé Blanché, président de la Caro, communauté d’agglomération Rochefort Océan. Mickaël Vallet, président de la communauté de communes du bassin de Marennes, a souligné «cette habitude de travailler dans nos territoires collectivement.». De son côté, Jean-Marie Petit, maire de Hiers-Brouage et vice-président de la CDC du bassin de Marennes, chargé des zones humides, insiste sur le rôle essentiel du conseil d’administration du parlement. Pour lui, «une vraie dynamique va se créer, et le moteur principal sera le conseil d’administration.».

Lire la suite dans notre édition papier du 6 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui