L'Agriculteur Charentais 27 novembre 2014 à 08h00 | Par Thierry Michel

«Le marché du sapin de Noël naturel 2014 se présente plutôt bien»

Frédéric Naudet : Président de l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frédéric Naudet
Frédéric Naudet - © Réussir

Comment s’est déroulée l’année pour les producteurs de sapins naturels ?
Globalement, nous avons disposé de conditions plutôt bonnes, marquées par des pluies abondantes et un automne chaud. En vérité, il nous faudrait un peu de froid maintenant pour que les sapins qui orneront Noël 2014 soient au mieux. Pour les ménages, l’idéal sera de pouvoir éviter de surchauffer la pièce dans laquelle ils installeront leur sapin et de conserver une bonne hygrométrie.

Quelles sont les tendances de marché pour cette année ?
La saison démarre et nous sommes tout juste entrain de conditionner le sapin de 11 mètres qui ornera la cour de l’Élysée pour la période des fêtes. Il viendra donc du Morvan et partira d’Auxerre le 8 décembre, par bateau et installé sur des madriers pour 3-4 jours de voyage, avant d’être installé le 15 décembre. La tendance de marché est stable, similaire à celle de l’an passé où 5,6 millions de sapins naturels ont été achetés en France. Le sapin naturel reste largement majoritaire dans notre pays. La commande de nos acheteurs est bonne et les prix se tiennent. Il faudra bien sûr surveiller les ventes finales aux particuliers. Le sapin de Noël reste un symbole incontournable et apparemment les arbitrages budgétaires des ménages ne se font pas à ce niveau. On pourra peut-être constater une réduction de la taille achetée et peut-être aussi une légère préférence pour une variété moins chère, mais rien n’est sûr. De façon générale, l’achat du sapin s’anticipe et il est intéressant de remarquer qu’en 2013, ce sont les spécialistes de la vente de végétaux qui ont profité de cette période, plus que la distribution généraliste. Autre fait marquant : les consommateurs portent une plus grande importance au recyclage.

Et pour l’avenir ?
L’enjeu se situera sur la capacité à maintenir des niveaux de prix raisonnables en dépit de la hausse continue des intrants et produits annexes. Les producteurs vont devoir faire des efforts, notamment pour que le sapin français reste une priorité comme acte d’achat des consommateurs. Sur ce plan, les réseaux de distribution jouent bien le jeu en privilégiant la proximité de production avec les sapins naturels produits en France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui