L'Agriculteur Charentais 20 avril 2017 à 08h00 | Par Avenir Agricole et Viticole Aquitain

Le Négoce agricole Centre Atlantique passe au vert

Le NACA a lancé, le 5 avril, sa marque «Vert l'avenir».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Guy Valette directeur du NACA et Laurence Frouin de l'entreprise Isidore ont présenté les enjeux du programme Vert l'avenir.
Jean-Guy Valette directeur du NACA et Laurence Frouin de l'entreprise Isidore ont présenté les enjeux du programme Vert l'avenir. - © Avenir Agricole

Depuis plus de 30 ans, le NACA met à la disposition de ses entreprises adhérentes de nombreux services, bien au delà de son implication syndicale : conseils techniques, accompagnement vers les certifications, outils en réponse aux exigences réglementaires dans le cadre des politiques de l'eau, appui aux fonctions supports... Il regroupe aujourd'hui 125 négociants et grossistes. "Présent sur 19 départements (région Nouvelle-Aquitaine et départements limitrophes), nous représentons 350 sites de dépôt et points de vente, 1 850 salariés pour un chiffre d'affaires global de 2 milliards d'euros en 2016. En relation directe avec les chefs d'exploitation, les négociants agricoles sont des acteurs économiques majeurs et contribuent à l'animation économique des territoires ruraux" explique Jean-Guy Valette, directeur du NACA. La problématique de l'isolement physique et managérial étant très présent dans le secteur, il s'agit également de renforcer et maintenir le lien social et de proximité entretenus au quotidien entre les négociants agricoles et les agriculteurs.

Lire la suite dans notre édition papier du 14 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui