L'Agriculteur Charentais 19 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Le Pineau des Charentes en pleine crise identitaire

Le célèbre apéritif régional est las de l’être. Jugé décalé face aux attentes des consommateurs, il se cherche et doit impérativement se repositionner pour mieux être vendu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC17

Dépasser le simple satisfecit régional pour extrapoler ailleurs, dans les autres régions, en Belgique ou plus loin encore, en Russie, en Chine ou au Canada. Lorsque les ventes «chutent» 14 % depuis cinq, ans, que la production ne reconstitue pas les stocks, y aurait-il péril en la demeure Pineau ? «Lorsque les deux tiers des ventes sont réalisés en grandes surfaces, il vaut mieux connaître les attentes des consommateurs…» lâche Claire Floch, la directrice du comité national du Pineau, invité par le syndicat des producteurs à en débattre dans les assemblées de section. Et le portrait qu’elle en dresse est loin d’être clinquant : vieillot, peu attractif, absent des linéaires en dehors de la zone touristique charentaise, concurrencé par d’autres apéros plus «funs.» Le pineau est en pleine crise identitaire : l’apéritif au goût de légende se cherche. Ou plutôt cherche son positionnement dans le rayonnage des apéritifs. Le seul fait d’exister ne suffit pas. 
Avec les cacahuètes Dans l’analyse qu’elle fait de la concurrence, Claire Floch n’y va pas avec le dos de la cuillère : vins cuits, Martinis, vins doux, vermouths sont logés à la même enseigne. Balayés par des vins aromatisés au goût de fruits, le fameux Rosé Pamplemousse, par les cocktails à base d’alcool fort par les plus jeunes. Plus de 225 000 hl de ces vins aromatisés ont été achetés en GMS. «Une progression de plus de moitié en un an !» On a une impression de «chronique d’une mort annoncée» au regard des courbes de vente. Vertigineuse descente. Raison de plus pour donner un coup de pied pour remonter à la surface.

Lire la suite dans notre édition du 20 février

Marchés : Produire plus , pour vendre plus

A regarder de plus près les chiffres présentés lors des réunions de secteur du syndicat des producteurs de pineau, 331 producteurs élaboraient en 2014 du pineau à domicile, 191 avec l’aide d’une coopérative et 26 étaient mixtes. Reste qu’au total, les coopératives en ont produit sur la récolte 2014 presque 24 000 hl (+16,8 %) et les bouilleurs de crus un tout petit plus que 69 000 hl (+16,7 %). Donc avec ses 93 123 hl, la production est en deçà de la barre recherchée des 100 000 hl, qui permettrait une reconstitution des stocks. Même si la progression est de 4,4 % pour la production des pineaux blancs et de 42,5 % pour les pineaux rouges. Cependant, la courbe des sorties est «descendante» depuis les années 2005, où elle avait atteint un sommet, pour atteindre aujourd’hui les 86 901 hl, dont 65 852 hl en France. L’exportation tourne autour des 20 000 hl en Belgique. Il y a des «petits» marchés en Chine, en Allemagne, en Chine et au Canada. Les stocks ont donc régressé de 3,65 % en 2013-2014, pour être aujourd’hui à leur niveau le plus bas depuis 7 ans (377 571 hl à fin décembre 2014). Ce n’est pas non plus le coefficient le plus bas, car en 2007-2008, il était de 3,13 années de sorties. Il est aujourd’hui de 3,56. Mais avec un tiers de stocks en moins qu’en 2004-2005.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
371 440
C'est le nombre de dossiers Pac télédéclarés affiché par le ministère de l'Agriculture au lendemain de la date butoir de déclaration, le 15 juin. 99 % des dossiers ont ainsi été déclarés dans les temps. Les retardataires pourront déclarer jusqu'au 11 juillet, «moyennant une réduction de l'aide, proportionnelle au retard».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui