L'Agriculteur Charentais 15 février 2018 à 09h00 | Par NO

Le sia veut mettre en valeur son côté professionnel

Le salon de l’agriculture est avant tout un salon grand public, mais il reste dans le même temps un salon professionnel, que les organisateurs veulent renforcer par un meilleur service.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

«Même si sur les 600 000 à 650 000 visiteurs, plus des deux tiers sont des citadins, le Salon international de l’agriculture (Sia) est aussi un salon professionnel, notamment en génétique animale et avec le concours général agricole», souligne Jean-Luc Poulain, président du Ceneca( centre national des expositions et concours agricoles). Pour autant, l’édition 2018 du Sia, qui se déroulera du 24 février au 4 mars à Paris Porte de Versailles, veut davantage mettre en avant son côté professionnel. «Nous allons proposer aux professionnels deux parcours experts, l’un animal, l’autre végétal, pour les professionnels qui en font la demande,explique Jean-Luc Poulain. Ainsi, nous identifions à l’avance les visites incontournables pour permettre de découvrir un secteur donné avec efficacité».

Lire la suite dans notre édition papier du 16 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).