L'Agriculteur Charentais 15 septembre 2016 à 08h00 | Par Ludovic Vimont

Le sol guide le choix de la charrue

Le choix des équipements d’une charrue s’effectue en fonction de nombreux critères, dont la nature des sols et le type de labour souhaité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le choix  des versoirs est guidé par le type de sol et le type de labour effectué (couché ou dressé).
Le choix des versoirs est guidé par le type de sol et le type de labour effectué (couché ou dressé). - © Crédit : L.Vimond

Il n’y a pas de charrue universelle : tel est le message récurrent des constructeurs de charrues. À chaque région, ses besoins. De nombreux critères entrent en jeu dans le choix des différents types d’équipements sur une charrue. Précédent cultural et volumes de résidus végétaux influent sur le choix de la rasette. Climatologie et nature du sol (limon, argile, sable et pierres) jouent un rôle dans le type de versoir. Mais le choix du versoir dépend également des caractéristiques du tracteur et du type de labour voulu : dressé ou couché, profond ou superficiel.

La rasette gère les résidus
La grande majorité des constructeurs proposent des rasettes universelles. Passe-partout, elles ne conviennent pas cependant à toutes les situations, notamment en présence de volumes importants de résidus végétaux ou de fumier. Pour les gros volumes de résidus végétaux, comme derrière un couvert végétal développé ou un maïs grain, les rasettes sont beaucoup plus hautes que des versions universelles, afin que les résidus végétaux soient pris dans leur intégralité et enfouis rapidement.

Lire le dossier complet dans l'édition papier du 9 septembre : le sol est primordial, les nouveautés, la sécurité et retrouvez l'intégralité des nouveaux en pièce jointe à cet article


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui