L'Agriculteur Charentais 01 décembre 2016 à 08h00 | Par Nathalie Duchiron

Le stage de parrainage est un partenariat avant d’être une reprise

Damien Rambaud a témoigné de son parcours à l’installation lors de la journée d’information sur l’installation hors cadre familial en viticulture, à Coulonges.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Et dire que cette exploitation était sur ma commune et que je ne la connaissais pas" confie Damien Rambaud
"Et dire que cette exploitation était sur ma commune et que je ne la connaissais pas" confie Damien Rambaud - © PAI17

C’est lors de la journée d’information sur l’installation en hors cadre familial (HCF) en viticulture organisée par le Point Accueil Installation à Coulonges, le 17 novembre, que Damien Rambaud a témoigné de son parcours et de son installation. Il se dit «ravi du chemin déjà accompli». Damien Rambaud a toujours vécu sur une exploitation viticole habitant, dans le logement de «fonction» qu’occupent ses parents. Son père est salarié agricole. Tout jeune, il était présent auprès de son père dès qu’il le pouvait. Il commence à cerner l’engagement donné par son père pour l’exploitation
«comme s’il en était le propriétaire».

Lire la suite dans notre édition du 25 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.