L'Agriculteur Charentais 08 décembre 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Le Veau sous la mère cherche à séduire des éleveurs

L’association Le Veau sous la mère veut installer des jeunes dans une production qui perd de la production et des éleveurs. C’est tout le sens d’une campagne de mobilisation à la SCEA de la Limousine à Juignac (Charente).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Si on travaille bien, on a un bon revenu et la viabilité économique est au rendez-vous», assure le volubile Francis Rousseau, animateur de l’association Le Veau sous la mère. Ce dernier n’a pas ménagé sa peine pour expliquer toutes les subtilités et les avantages de cet élevage de qualité le 18 octobre sur l’exploitation de René Sabater et de sa compagne, Nadine Forillière, à Juignac. Un épais dossier remis à l’ensemble des participants témoigne de ce volontarisme de la filière avec, pêle-mêle, un petit livre illustré faisant ni plus ni moins l’éloge du veau sous la mère, plusieurs guides d’installation ou encore une chemise avec pour titre ronflant : «Avec le veau sous la mère, les éleveurs laitiers vont faire leur beurre !»

Lire la suite dans l’édition papier du 2 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui