L'Agriculteur Charentais 01 mars 2018 à 15h00 | Par Bernard Aumailley

Le voyageur devenu paysan

Didier Gauchet, directeur de la Chambre d'agriculture, voyagera. Promis, l'agenda est déjà plein pour ses premiers mois de retraite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Didier Gauchet
Didier Gauchet - © AC

Il y a de l'amusement à écouter Didier Gauchet, bientôt en retraite de son poste de directeur de la Chambre d'agriculture de Charente-Maritime, à dresser son parcours, sa «carrière». Même si le mot l'irrite. Ce parisien, tout frais diplômé de l'Agro, dans la fin des années 70, part au Sénégal «traire les vaches et expliquer comment les nourrir» du côté de Saint Louis. Trois ans plus tard, il y a acquis «son âme noire», son africanité dont il ne départira pas dans les autres postes : un passage chez Vilmorin grandes cultures dans les froidures de l'Est, puis le voilà ingénieur lait en Deux Sèvres pour parler aux éleveurs de contrôle laitier et de performances, puis ingénieur viande pour causer développement agricole, et ensuite directeur de l'EDE en Charente-Maritime, du Suad (le développement agricole), directeur adjoint, puis directeur.

Lire la suite de ce portrait dans notre édition papier du 2 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui