L'Agriculteur Charentais 21 avril 2016 à 08h00 | Par Virginie Quartier

Légumineuses : Soignez l'implantation des légumineuses

Petite taille des graines, faibles réserves, l'implantation des légumineuses est une étape clé pour une mise en place de l'appareil racinaire et végétatif la plus rapide possible.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La capacité de fixation biologique de l'azote des légumineuses repose sur des nodosités racinaires.
La capacité de fixation biologique de l'azote des légumineuses repose sur des nodosités racinaires. - © J. Ferreyrolle - Semences de Provence

Un des leviers pour améliorer l'autonomie protéique et fourragère des exploitations consiste à introduire des légumineuses fourragères et prairiales dans les systèmes fourragers. Leur implantation est une étape cruciale pour la réussite de la culture. "Les performances de production, de pérennité, de résistance aux adventices et maladies d'une luzernière ou d'une prairie multi-espèces sont conditionnées par la vitesse d'installation des plantes et du développement du système racinaire après le semis" a expliqué Pierre-Vincent Protin d'Arvalis lors des journées AFPF* 2016.
D'un point de vue agronomique, les atouts des légumineuses peuvent se résumer en trois points essentiels : la fixation symbiotique, le transfert de fertilité et la richesse en protéines. Leur intérêt nutritionnel se caractérise également par une ingestibilité et des quantités ingérées à volonté plus élevées que les graminées.

Lire la suite dans notre édition papier du 15 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.