L'Agriculteur Charentais 11 mai 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les 26 et 27 avril, le gel a frappé durement les cultures

Les vignes, les vergers, les céréales ont été durement touchés par le gel la semaine dernière. Il est encore difficile de faire un bilan précis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vie charentaise

Des feuilles recroquevillées et noircies par les morsures du froid, dans la matinée du 27 avril, le thermomètre est descendu en-dessous des -2°C. On a relevé -4° à -5°C dans la plaine de Segonzac où un hélicoptère a volé pour tenter de limiter les dégâts, jusqu’à - 6°C à Châteauneuf ! Un épisode de gel qui s’est poursuivi la nuit suivante, un peu moins fortement, mais une deuxième lame bien malvenue. Car ce froid est tombé au plus mauvais moment, en pleine croissance végétative, avec un débourrement précoce cette année, alors que les vignes et les arbres bourgeonnaient avec plus d’une dizaine de jours d’avance. Les premières estimations des chambres d’Agriculture de la Charente et de la Charente-Maritime et du BNIC  donnent l’ensemble du vignoble touché à l’exception des îles et des bordures côtières. 25 000 hectares seraient fortement impactés de Jonzac à Cherves, d’Aigre à Segonzac. « Les vignes les plus poussantes et hâtives avec des boutons et des contre-boutons n’auront pas de récolte, affirme Xavier Desouche, président de la chambre d’Agriculture de la Charente. Celles qui n’avaient que les boutons, les contre-boutons pourront encore donner un demi ou un tiers de récolte». La référence au gel de 1991 est sur toutes les lèvres. Le 21 avril 1991, le vignoble fortement touché par le gel avait donné au final un rendement moyen sous les 50 hl /AP ! Autant dire qu’après une année 2016 compliquée où la réserve climatique a déjà été largement sollicitée, l’inquiétude est de mise.

lire la suite dans notre édition papier du 5 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui