L'Agriculteur Charentais 12 novembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les abattoirs régionaux peinent à trouver des tonnages

Ils misent sur le service, les petites quantités et la proximité. Ils veulent aussi associer les utilisateurs à des sociétés mixtes. Comme l’a fait celui de Montguyon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’abattoir de Confolens veut recapitaliser avec les abatteurs.
L’abattoir de Confolens veut recapitaliser avec les abatteurs. - © AC

Montguyon. 1500 habitants, dans le Sud de la Charente Maritime. Quelques scieries ou transformateurs des bois proches et… un abattoir. Il est là depuis les années 70. D’abord porté par une société privée, puis maintenant depuis 1982 par une société anonyme mixte Il est l’un des abattoirs de cette région : Chalais, Ruffec, Confolens, Surgères pour ne citer que les «proches» de la Charente-Maritime, auxquels il faudrait ajouter ceux des Deux-Sèvres et de la Vienne (le Vigean).

Lire la suite du dossier Viande dans notre édition du 13 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.