L'Agriculteur Charentais 24 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les chasseurs ne comptent pas pour du beurre

Une enquête nationale sur l’impact socio économique de la chasse en France lève le voile sur une véritable filière économique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
8% des chasseurs sont agriculteurs.
8% des chasseurs sont agriculteurs. - © FDC17

La fédération nationale des chasseurs a mobilisé l’ensemble des fédérations départementales en 2015 pour que soit réalisée une enquête  à la fois inédite et colossale destinée à mesurer l’impact socio économique de la chasse en France. La précédente étude du genre remontait à 1993. Menée par l’INPAG, elle avait à l’époque été conduite  au terme d’une enquête courrier effectuée auprès d’1% des chasseurs, dont les effectifs étaient estimés à 1 650 000 pratiquants. L’enquête de 2015, fondée sur une autre méthodologie, a pour objectif d’être reconduite dans le temps. La FNC en a confié la maîtrise d’œuvre au BIPE, cabinet privé de conseil en prospective économique agréé par le Ministère de l’Enseignement supérieur. En 2014, la FNC dénombrait ainsi 1 141 000 pratiquants. Le BIPE a ainsi pu exploiter les réponses de 50 500 chasseurs et de 9300 sociétés de chasse. Par rapport à l’enquête de 1993, la FNC dispose cette fois d’un panel de 5% des chasseurs et de 10% des associations de chasse qui ont accepté d’ouvrir leurs comptes. En parallèle, 500 fournisseurs spécialisés sur le marché ont été auditionnés, de même que des Administrations dont dépendent les chasseurs.Selon la FNC, cette enquête a donné lieu à l’utilisation de 10 millions de data qui ont été  regroupées, redressées et analysées. Il en résulte une photographie de la filière chasse et des chasseurs en 2015 qui bouscule quelques idées reçues.


Lire la suite dans l'édition du 25 septembre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui