L'Agriculteur Charentais 17 novembre 2016 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Les «filles des Charentes» cherchent des consoeurs

Elles sont agricultrices et lancent un appel pour les rejoindre dans leur collectif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claudia Matherin, Marion Babinot et Véronique Branger.
Claudia Matherin, Marion Babinot et Véronique Branger. - © VC

Depuis sa création en octobre 2015, le «collectif des filles des Charentes» a perdu trois de ses membres. Mais l’association perdure avec trois productrices : Marion Babinot, 32 ans, viticultrice et safranière à Javrezac ; Véronique Branger, 51 ans, maraîchère (asperges et pommes de terre) à Tesson (17) et Claudia Mathelin, 53 ans, artisane (chocolats, biscuits et confiserie) à Sainte-Césaire (17). «Au départ, nous faisons toutes partie d’une autre association, quand on a décidé de créer la nôtre, basée sur des liens d’amitié et d’entraide. Nous étions six au départ et même si nous ne sommes plus que trois pour des raisons pratiques (trop d’éloignement entre les sièges d’exploitation), les notions de solidarité et de partage restent au cœur de l’association» explique Marion Babinot.

Lire la suite dans l’édition papier du 11 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).