L'Agriculteur Charentais 06 septembre 2018 à 10h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les pommes des Charentes, le choix de la qualité plutôt que de la quantité

Malgré les intempéries printanières, la récolte de pommes devrait être bonne cette année. Un contraste saisissant avec le mauvais cru 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Faure présente une des pommes Rubinettes de son verger, presque à maturation. La preuve de leur bon goût ? Elles attirent déjà les oiseaux...
Thierry Faure présente une des pommes Rubinettes de son verger, presque à maturation. La preuve de leur bon goût ? Elles attirent déjà les oiseaux... - © AC

En Saintonge, pays des vignes, la culture des pommes reste confidentielle ; une production de niche, où peu d’exploitants sont impliqués. Les vergers sont rares ; quelques centaines d’hectares au plus. Difficile dans ces conditions de rivaliser avec les immenses surfaces d’Occitanie ou même avec les pommes du Limousin et leur AOC. Pourtant, la filière résiste et gagne même en dynamisme. Pour les producteurs, l’objectif n’est pas la quantité, mais bien la qualité.
Un choix que revendique clairement Thierry Faure, arboriculteur à Saint-Sigismond-de-Clermont près de Jonzac. Sur son exploitation, il cultive une dizaine de variétés  de pommes différentes, ainsi que quelques poires, Grand Champion ou Harrow Sweet. Chez les pommes, les noms qui reviennent le plus souvent sont Goldrush, Rubinette... Et surtout la Chantecler, qu’on appelle plus souvent dans la région Belchard.

Un article à retrouver dans notre édition papier du 7 septembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
32,4 ME Mt
En 2017, en Nouvelle-Aquitaine, 1 815 projets ont ainsi été soutenus dans le cadre du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), pour un montant global de 32,4 ME (Région, État, Europe, Agence de l’eau…). Ce plan, harmonisé en 2017 à l’échelle des trois ex-régions, déploie désormais un «panier» de dix dispositifs distincts et complémentaires, sous forme d’appels à projets annuels, afin d'’accompagner les agriculteurs au plus près de leurs besoins.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui