L'Agriculteur Charentais 12 octobre 2018 à 10h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les sangliers, énième retour

Toujours autant de sangliers, toujours autant de dégâts et une colère qui devient noire chez les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La parcelle anéantie par les sangliers.
La parcelle anéantie par les sangliers. - © AC

On prend les mêmes et on recommence, pourrait-on s’amuser à dire. Sauf que là, la situation ne fait plus du tout rire depuis plusieurs années. Les sangliers continuent à faire des dégâts sur les prairies, sur des parcelles de cultures des agriculteurs. La colère, le dégoût, l’absence de mesures réelles pour lutter contre ces suidés s’entendent encore plus dans les campagnes, notamment en Haute Saintonge. «La semaine dernière, avec l’ACCA de Corignac, j’ai posé une clôture autour de ma parcelle, puis j’ai semé. Résultats, quelques jours après, le pré est mort. Les sangliers ont tout détruit y compris la clôture» s’insurge Cédric Bouyer, agriculteur et boucher  à Corignac. «Je viens de perdre 1500 euros de semences en peu de temps. À cela, je ne compte pas mon temps passé, ni le prix du gasoil. Qui peut supporter une telle situation ? Je suis le seul agriculteur sur ma commune. Mon cas ne doit pas intéresser la fédération départementale des chasseurs. A l’ACCA, on me comprend. Les chasseurs sont aussi désappointés que moi face à une telle situation. Jusqu’à présent, ce sont des mesurettes qui ont été prises. Faut-il arriver au cas extrême de déposer plainte contre la FDC17 ?»

 

Retrouvez notre article sur ce sujet dans notre édition papier du 12 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui