L'Agriculteur Charentais 20 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Les signes de qualité gagnent des parts de marché

AG de l’association picto-charentaise : bonne nouvelle, les volumes d’agneaux, vendus sous les démarches qualité de l’ODG, ont augmenté en 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © vienne rurale

«On consomme de moins en moins de viande d’agneau. C’est continuellement en baisse depuis 2005-2006», observe Anne-Sophie Duval, en charge de la communication sur la viande ovine et les viandes sous signes de qualité à Interbev. «En 3 ans, on enregistre -9 380 t de viande d’agneau achetée», et «le nerf de la guerre, c’est la perte de consommateurs !» «En 2015, un foyer sur deux achète de la viande d’agneau, et ceux qui achètent le plus, ont plutôt plus de 50 ans.» La section Ovin d’Interbev met donc en place des opérations «pour aller chercher de plus jeunes consommateurs et les convaincre d’acheter de la viande d’agneau plus régulièrement». «On fait des campagnes de communication dans les points de vente et on travaille aussi sur l’offre produit pour faire évoluer l’image de la viande d’agneau. Aujourd’hui, le gigot, l’épaule, ça ne fait plus rêver les gens !»Une démarche que n’hésite pas non plus à appliquer l’ADPAP: au dernier Salon de l’agriculture, pour promouvoir l’Agneau du Poitou-Charentes IGP et l’Agneau Label Rouge Le Diamandin, «nous avions cette année notre propre espace», indique Audrey Tessereau, chargé de mission à l’ADPAP. Démonstrations de découpe et dégustations, récompenses de points de vente et d’exploitations… Des moyens pour la viande d’agneau de se réinventer pour séduire le grand public.

 

lire la suite dans notre dédition papier du 21 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).