L'Agriculteur Charentais 03 novembre 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Les vendanges s'achèvent avec un déficit de récolte

Alors que les vendanges se terminaient un peu partout dans le vignoble charentais cette semaine, le premier bilan partiel donne un rendement autour de 100 hl/ha.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre 9 et 9,5 hl AP/ha, loin des 11,02 hl AP/ha prévus.
Entre 9 et 9,5 hl AP/ha, loin des 11,02 hl AP/ha prévus. - © AC

Les prévisions se confirment sans grande surprise : la grêle, le gel et la sécheresse auront eu raison du millésime 2016. Même s'il ne faut pas tout jeter à la poubelle : «On a fait des vendanges sous des conditions climatiques idéales qui ont permis une excellente conservation des raisins et à ceux qui n'avaient pas trop de récoltes d'avoir un peu plus de sucre et donc d'alcool pur. Comme ils n'auront pas beaucoup de vin à distiller, ils pourront le faire dans de bonnes conditions et le vin ne risquera rien qualitativement», assure Jean-Bernard de Larquier, le président du Bnic. «Avec des pH entre 3,05 et 3,15 et une acidité entre 6,5 et 7,5 selon les dates de récolte, les vins sont de bonne qualité et laissent espérer des eaux-de-vie qualitatives». Au contrôle maturation du 10 octobre, il restait 16 parcelles sur 55 à vendanger sur l'ensemble du réseau de la station viticole du Bnic.

Lire la suite dans notre édition papier du 28 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).