L'Agriculteur Charentais 22 février 2018 à 09h00 | Par Fabienne Lebon

Les Vins charentais alléchés par la démarche SME à la bordelaise

Le Système de management environnemental, démarche de développement durable fait des émules.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Jullion, président du syndicat, entre ses deux animatrices  : Chloé Imbert, chargée de communication (à gauche) ; Julie Fouassier, nouvelle responsable technique (à droite).
Thierry Jullion, président du syndicat, entre ses deux animatrices  : Chloé Imbert, chargée de communication (à gauche) ; Julie Fouassier, nouvelle responsable technique (à droite). - © VC

Le projet était en gestation depuis un an ; il pourrait accoucher prochainement sur la création d’un premier groupe de vignerons charentais prêts à s’engager dans une démarche environnementale, type SME (Système de management environnemental).
Pour cela, deux animatrices de groupes et un vigneron d’Abzac (33) certifié, Laurent Rousseau, sont venus le 12 février à Cognac faire partager leur expérience, devant une dizaine d’adhérents du syndicat des Vins Charentais. « Si nous nous lançons dans ce challenge, la démarche SME sera portée par notre syndicat, et non pas par une association comme c’est le cas dans le Bordelais.

Lire la suite dans notre édition papier du 23 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.