L'Agriculteur Charentais 30 juillet 2015 à 08h00 | Par C. Delisle

Litière : Une litière plus propre et limitant l’invasion des mouches

Amendement calcaire magnésien, la dolomie peut également être utilisée comme paillage. Zoom chez Noël Baillargeant, éleveur caprins dans la Vienne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Noël Baillargeant, devant un lot de chèvres sur une litière à base de dolomie et de paille.
Noël Baillargeant, devant un lot de chèvres sur une litière à base de dolomie et de paille. - © C. Delisle

«Si j’ai opté en mars pour la dolomie pour la litière de mes chèvres, ce n’est pas pour diminuer la quantité de paille que j’utilise mais avant tout pour disposer d’une litière plus propre, asséchée et pour diminuer les infestations de mouches», explique Noël Baillargeant, à la tête d’un troupeau de 500 chèvres et de 500 chevrettes, issues de son élevage et d’élevages voisins, à Leignes sur Fontaines, dans la Vienne.L’exploitant épand la dollit (dolomie pour litière) dans les cases, sur trois à quatre centimètres d’épaisseur, après avoir sorti le fumier avec un vieil épandeur à fumier. 

Lire la suite dans notre édition du 31 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).